CAR: Coordinateur/trice Sécurité Alimentaire, Nutrition et Moyens d'Existence

23 April 2017 | Première Urgence internationale

 

View Original Posting

 

La République Centrafricaine fait partie des pays les plus pauvres du monde. Classé 180ème sur 186 par le PNUD en 2012, 62% de la population y vit avec moins de 1,25 USD par jour. Outre cette pauvreté endémique, depuis mars 2013, le pays traverse l’une des pires crises sociopolitiques de son histoire entrainant conflits armés et exactions intercommunautaires. La faillite de l’État se traduit par le dysfonctionnement des services publics, l’insécurité permanente, et l‘aggravation des tensions entre groupes armés. En mars 2013, le président, François Bozizé, est renversé par une alliance de groupes rebelles (Séléka) qui prennent alors le contrôle du territoire. Michel Djotodia, leader des Séléka est investi Chef de l’Etat et du gouvernement de transition, à la condition de rétablir la sécurité dans le pays. Malgré ses tentatives, le Président ne parvient pas à endiguer la crise et les tensions intercommunautaires entre Séléka et Anti-balaka se propagent à l’ensemble du territoire. En Janvier 2014, il est donc remplacé par Catherine Samba-Panza, présidente de la transition, période qui doit mener aux élections fin 2015. En février 2016, Faustin Archane TOUADERA est élu président de la République. Les élections ne sont pas une fin en soi, les différentes fractures sociales, les faibles perspectives économiques et les problèmes d’insécurité nécessitent beaucoup d’efforts pour sortir le pays de la crise.

 

Fin juin 2016, on compte plus de 400 000 déplacés dans le pays. Malgré l’intervention de forces internationales (Force française Sangaris et Onusienne MINUSCA) qui a permis une relative accalmie dans la capitale, Bangui, la dégradation de la situation humanitaire est à déplorer. Cette amélioration de la situation sécuritaire a permis à certains déplacés de regagner leur quartier d’origine, cependant ces derniers ont besoin d’une assistance humanitaire pour retourner dans ces quartiers et plusieurs milliers de déplacés sont encore présents dans les sites de déplacés de Bangui, dont celui de M’Poko, l’un des plus important du pays, géré par PUI. La sécurité reste toutefois extrêmement volatile. La tension reste vive, exacerbée par les groupes extrémistes chrétiens ou musulmans. Le moindre prétexte peut entraîner des violences communautaires, dont les populations civiles payent le prix cher. Fin septembre 2015, suite au meurtre d’un musulman, Bangui a connu une période de violence entraînant le déplacement d’environ 40 000 personnes, dans des sites ou dans des familles d’accueil. Les besoins humanitaires de ces populations vulnérables deviennent d’autant plus importants et urgents dans cette période de crise, tout en s’additionnant aux besoins de relèvement.

 

Responsabilities

 

Le/la Coordinateur des projets de sécurité alimentaire est le/la garant/e de la stratégie technique de la mission et de la qualité des programmes en cours et à venir, dans les phases de définition, mise en œuvre et évaluation. Il/Elle apporte un soutien aux responsables de programmes (Coordinateurs Terrain et Responsables Techniques) dans une relation fonctionnelle.

 

Main activities

 

Projets : Il/Elle fournit un appui fonctionnel aux responsables techniques dans la mise en œuvre des projets en ce qui concerne les aspects techniques.

 

Evaluation / Stratégie : Il/Elle participe à l’élaboration de la stratégie opérationnelle et propose de nouvelles interventions en fonction des besoins identifiés dans le pays d’intervention.

 

Ressources Humaines / Formation : Il/Elle supervise fonctionnellement le personnel technique dans les secteurs concernés par ses projets, apporte son soutien dans le recrutement de profils techniques et supervise les actions de formations techniques à partir des besoins identifiés.

 

Sécurité : Il/Elle contribue au respect des règles de sécurité sur la mission et transmet toutes informations d’ordre sécuritaire à son/sa responsable hiérarchique et/ou au responsable « sécurité » de la mission.

 

Représentation / Coordination : Il/Elle assure et coordonne la représentation sectorielle de PUI pour le domaine technique dont il/elle a la maîtrise auprès des partenaires, bailleurs et des différentes autorités, et contribue à la bonne circulation des informations sur la Il/elle entretient et développe de bonnes relations de travail ainsi qu’une bonne visibilité de PUI auprès des autorités civiles et des autres acteurs humanitaires (agences de l’ONU, ONG), Il/elle représente PUI dans les réunions cluster sécurité alimentaire.

 

Job title - RCA – Un(e) Coordinateur/trice Sécurité Alimentaire, Nutrition et Moyens d’Existence

Country - Central African Republic

Place (town/region) - Bangui

Employee status - Employee

Type of contract - Fixed Term Contract

Expected start date - As soon as possible

Duration of mission - 5 mois

 

 

Required profile

 

Training              

  • Gestion de projet
  • Formation en Agro et/ou sécurité alimentaire et Moyens d’Existence

 

Professional experience

 

Humanitaire

  • 2 ans en tant que responsable de projets en humanitaire
  • Expérience réussie de gestion d’équipe expatriée et de programmes multisectoriels.

 

Internationale

  • A fortiori

 

Technique

  • Connaissance de programmes Agro, Routes, Distribution…

 

Knowledge and skills    

  • Encadrement d’équip
  • Gestion des conflits
  • Connaissance des procédures Logistiques
  • Excellente qualité rédactionnelle
  • Connaissances en gestion de projets
  • Gestion d’équipe

 

Languages         

  • Requis: français et anglais

 

 

Proposed terms

 

Compensation

  • Salarié en Contrat à Durée Déterminée
  • Salaire brut mensuel : de 2 200 à 2 530 Euros selon parcours en Solidarité Internationale + majoration de 50€ par semestre d’ancienneté avec PUI

 

Benefits              

  • Frais pris en charge notamment transport AR Domicile / Mission, visas, vaccins…
  • Assurance comprenant couverture médicale et complémentaire santé, assistance 24/24h, rapatriement et prévoyance
  • Hébergement  en maison collective
  • Frais de vie (« Per diem »)

 

Holidays             

  • Régime de Break: 5 jours ouvrés à 3 et 9 mois de mission + prime de break
  • Régime de Congés Payés: 5 semaines de CP / an + billet A/R au domicile tous les 6 mois

 

 

 

 

Return to Jobs